« Autonomie des Universités ? » : le prochain colloque de la CPU se tiendra les 21 et 22 mars 2019 à l’Université Bretagne Sud

C’est l’une des thématiques majeures de l’enseignement supérieur et de la recherche de ces dix dernières années. Depuis 2007, le mouvement d’autonomie a profondément changé le visage des universités, tant sur le plan de la gouvernance, que sur celui de la formation, de la recherche, de la politique des ressources humaines, des partenariats et de l’ouverture à la société. C’est sur ces questions que le programme, piloté par Matthieu Gallou, président de l’Université de Bretagne occidentale , a été défini. Cette rencontre qui devrait rassembler prés de 300 invités se tiendra sur le campus vannetais de l’Université Bretagne Sud, présidée par Jean Peeters.

Il y a tout juste dix ans, une première vague d’universités accédait aux « responsabilités et compétences élargies » prévues par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités d’août 2007. Pour beaucoup, il s’agissait d’un pas considérable en direction de l’autonomie des établissements, que la plupart appelait de leurs vœux. Dès 2001, la CPU consacrait en effet son colloque à ce thème.

Aujourd’hui, la dynamique de transformation des universités a produit de nombreux résultats dans la plupart des champs d’activités des établissements : construction de stratégies de recherche ambitieuses, développement d’offres de formation plus cohérentes, véritables politiques de ressources humaines, déploiement de nouveaux leviers de partenariats locaux, nationaux et internationaux, invention de nouveaux outils à l’interface entre la science et la société.

L’autonomie n’est cependant pas l’indépendance, et l’université française ne la revendique pas. Toutefois, au reflet des comparaisons internationales, peut-on réellement parler d’universités autonomes aujourd’hui en France ? Vers quelles nouvelles formes d’autonomie les universités françaises souhaitent-elles se diriger à l’horizon 2025 ? Quels nouveaux leviers faut-il désormais mettre en œuvre pour accroître la capacité des établissements à répondre toujours mieux aux grands défis que lui propose la Nation ? Quels engagements doit-on attendre de l’État envers ses opérateurs pour que soit possible l’élévation générale du niveau de qualification de la population ?  Comment développer le rayonnement scientifique et culturel de la France et de l’Europe dans un monde toujours plus concurrentiel et confronté à une profonde crise dans son rapport au savoir ?

C’est à ces questions, notamment, que la CPU proposera de répondre.

Des vidéos pour donner la parole aux témoins de l’autonomie

Étudiants, chercheurs, enseignants-chercheurs, personnels, acteurs et partenaires des établissements : tous sont appelés à témoigner des transformations qu’ils ont pu observer à l’université ces dernières années !

Pour recueillir les témoignages des acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la CPU propose aux universités françaises de réaliser de courtes vidéos d’interviews des acteurs de leur université ou de leur territoire.

Ces vidéos seront diffusées en amont et au cours du colloque.

Le colloque se tiendra à l’Université Bretagne Sud, présidée par Jean Peeters, en partenariat avec la Banque Populaire, la Banque des territoires, la MAIF et la Mgen.

Les inscriptions au colloque seront ouvertes au début de mois de février.