Attaques terroristes : les universités restent mobilisées

En réaction aux attaques assassines perpétuées contre le journal Charlie Hebdo, les universités ont manifesté leur soutien et se sont mobilisées pour apporter leur expertise scientifique afin de mieux comprendre « l’incompréhensible ». Cette mobilisation n’a connu aucune faille depuis janvier face aux attentats commis dans le monde cette année. Elle a pris, dans le débat public, de nombreuses formes, autour des notions de liberté d’expression, de laïcité, d’engagement citoyen, de radicalisation, pour n’en citer que quelques-unes.

Tout au long de l’année, conférences, rencontres, journées d’études et de réflexion, café-débats ont été organisés un peu partout dans les établissements d’enseignement supérieur.
Lire l’article sur les différentes initiatives prises par les universités.

La formation des responsables religieux, une mission de l’université

L’ouverture de formations dans différentes universités à destination des responsables religieux, et en particulier des imams, participe également de cette mobilisation.

Plusieurs universités s’étaient déjà engagées dans cette voie. On peut citer notamment :
– Le diplôme universitaire (DU) « Politique, Religion et Laïcité » à l’université Toulouse Jean Jaurès ;
– Le DU « Droit, société et religion » à l’université de Bordeaux ;
Des formations « interculturalité, laïcité et diversité » à l’université Jean Moulin Lyon 3 mises en place depuis trois ans déjà ;
– Le DU « Droit, société, et pluralité des religions » à l’université de Strasbourg ;
Le DU « Laïcité et multiculturalités » à l’université de Montpellier

– Le DU “Droit et religion” à l’université Toulouse 1 Capitole, qui ouvrira à la rentrée prochaine.

Vers un développement du service civique au sein des universités

Expérience propice à l’engagement dans la vie de la Nation, le service civique donne aux jeunes des clés de compréhension du monde qui les entoure. Conscients de leur responsabilité à l’égard de la société, et particulièrement des jeunes, les universités et les Crous s’engagent avec détermination dans le déploiement du dispositif.
Davantage de missions seront proposées dans les mois à venir.
Lire l’actualité sur ce site

Vers un renforcement de l’enseignement dans les prisons

Parce que la formation en milieu carcéral est un levier majeur d’éducation à la citoyenneté et de prévention de la radicalisation religieuse, les universités entendent développer et faciliter l’enseignement en milieu carcéral. Sont notamment à l’étude :
– Un accord-cadre entre le ministère de la Justice et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche destiné à améliorer les conditions de poursuite d’études supérieures des publics incarcérés ;
– L’élaboration d’une convention locale type entre l’université et l’Unité Pédagogique Régionale en prison ;
– L’élaboration d’un guide de la scolarité universitaire en milieu carcéral par la Fédération Interuniversitaire de l’Enseignement à Distance (FIED) qui sera diffusé prochainement. Voir la présentation de ce guide.
– Le rapprochement des universités avec le Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées (Genepi) et le projet de signature d’une convention-cadre.

Une action engagée dans le temps

A travers le colloque « Intégrisme et terrorisme : éclairage de la recherche française en sciences humaines et sociales » organisé à l’Assemblée nationale, le 4 mai dernier, la CPU et le CNRS ont voulu donner une vision scientifique, réaliste et éclairée de la situation dans laquelle se trouve notre pays aujourd’hui. Le colloque a permis de donner aux événements un point de vue universitaire en présentant des travaux de recherche issus de différentes disciplines : histoire, sociologie, philosophie, science politique, iconographie, droit, psychologie, ethnologie et religions…
Un deuxième volet du colloque « Intégrisme et terrorisme », dont la date sera précisée à la rentrée, sera organisé.

Et la mobilisation de la communauté universitaire reste totale : en témoigne l’organisation de petits déjeuners par l’alliance Athéna autour de thèmes liés à des urgences politiques et dont l’objectif est de renforcer le dialogue entre le monde politique, la société civile et la recherche en sciences humaines et sociales. Le premier de la série « Prisons et radicalisation » aura lieu le 7 juillet prochain.

Photo : une minute de silence en hommage aux étudiants kényans, Paris 13

Sur le même thème

22 juillet 2016

En 2016, plus de soixante universités renouvellent leurs instances dirigeantes. Elu(e) pour quatre ans, renouvelable une fois, le (la) président(e) d’université joue un rôle clé ...

18 juillet 2016

Lorsque les partiels se terminent et que les étudiants quittent petit à petit...