Accord de partenariat avec "Passeport Avenir" : accélérer l'ouverture sociale dans l'Enseignement supérieur

8 septembre 2016

CPU Infos

Le 8 septembre 2016, place de l’hôtel de ville, à Paris, la CPU et la CDEFI ont signé avec Passeport Avenir un accord de partenariat avec comme objectif l’ouverture sociale dans les filières d’excellence.

Depuis quelques années, l’ouverture sociale est en progression. Malgré cette évolution, les écarts entre les catégories favorisées et défavorisées de la population restent trop importants. Le contraste est flagrant dans les formations de niveau Bac + 5 ou supérieur : 30 % des enfants de cadres sortent diplômés d’une grande école ou de l’université, contre seulement 7 % des enfants d’ouvriers.

A potentiel et travail égal, les jeunes issus de milieux populaires doivent surmonter des déterminismes sociaux, économiques, territoriaux et culturels qui freinent leur accès aux études supérieures, en particulier dans les filières qui favorisent l’accès aux responsabilités dans les entreprises et les administrations.

Pour favoriser l’ouverture sociale dans les filières d’excellence, Passeport Avenir, la CDEFI et la CPU ont signé un accord de partenariat avec pour objectif de :

– proposer aux étudiants identifiés l’accompagnement suivant : un tuteur individuel, des ateliers collectifs et des aides concrètes.
– suivre l’insertion professionnelle des étudiants accompagnés une fois leur diplôme obtenu.
– s’associer aux actions de sensibilisation en amont menées par les établissements membres de la CPU et de la CDEFI auprès des élèves des lycées relevant des politiques de la ville et de la ruralité.
– développer des projets et actions innovants visant à favoriser l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes issus de milieux modestes ou des filières technologiques.
– s’associer plus particulièrement dans la lutte contre la désaffection des filières scientifiques et techniques par le public féminin.

Pour François Cansell, président de la CDEFI « cet engagement aux côtés de Passeport Avenir et de la CPU est un symbole fort pour le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche français. Il s’agit pour la CDEFI d’affirmer la volonté qu’ont les écoles d’ingénieurs d’ouvrir leurs portes, de reconnaître tous les talents, de valoriser la diversité des profils, de cultiver la différence. Les écoles d’ingénieurs sont des environnements dynamiques qui permettent à toutes les créativités de s’exprimer. En s’associant, Passeport Avenir, la CPU et la CDEFI tissent le maillage le plus fin possible, pour toucher tous les jeunes : filles et garçons, quelle que soit leur filière, quelle que soit leur origine sociale, pour leur permettre de réaliser leur projet professionnel et s’insérer pleinement dans notre société, de devenir des role models forts qui inspireront des générations de jeunes issus de milieux modestes qui n’attendent qu’un coup de pouce pour oser les études supérieures. La CDEFI, consciente de ses responsabilités vis à vis de la jeunesse, est honorée de jouer un rôle résolument actif dans cette transformation nécessaire de l’enseignement supérieur et de la recherche français. »

Pour Jean-Loup Salzmann, président de la CPU « la signature de ce protocole d’accord avec Passeport Avenir s’inscrit pleinement dans la lignée de l’action des universités en matière d’ouverture sociale et d’égalité des chances dont la réalité n’est plus à démontrer tant elle est inhérente aux missions même de l’Université française.
Nos établissements se caractérisent par une large diversité de publics, de parcours et de types d’études qui peuvent permettre à tout jeune de construire progressivement son parcours.
Dans ce contexte d’ouverture sociale et culturelle, la contribution des universités à l’égalité des chances est singulière. Elle porte sur la mise en place des conditions même qui permettront à davantage de jeunes issus de milieux modestes de constituer les élites de demain, que ce soit en termes de soutien et d’accompagnement dans la construction du parcours de formation, que d’orientation et de passerelles.
L’Enseignement supérieur a un rôle indéniable à jouer dans la réduction de ces fractures sociales, culturelles, numériques… D’abord, en réaffirmant ses missions de promotion sociale et d’ouverture culturelle. Ensuite, en continuant à conduire des actions concrètes en faveur de la démocratisation de l’accès à l’Enseignement supérieur. La CPU se félicite d’être associée à ce protocole d’accord et tient à saluer le dynamisme et l’engagement de Passeport Avenir ».

Christian Nibourel, président de Passeport Avenir se réjouit de ce partenariat qui va permettre d’étendre les actions de Passeport Avenir dans les universités et écoles d’ingénieurs pour toucher davantage de jeunes issus de milieux populaires. « Ce partenariat répond à la nécessité des entreprises de diversifier leurs recrutements et d’intégrer des talents de différents horizons. La diversité n’est pas une option : pour qu’une entreprise se développe, elle en a un besoin vital.
Les universités sont un formidable vivier de talents car elles concentrent une grande majorité des étudiants de l’enseignement supérieur et un vivier de diversité sociale, territoriale et culturelle.
Ces partenariats sont essentiels pour que ces jeunes talents puissent accéder aux plus hautes fonctions des entreprises et devenir les leaders de demain. Et en tant que dirigeant d’une grande entreprise d’entreprise, je suis convaincu que la mixité des profils dans les directions pourra impulser un véritable changement structurel et une évolution des mentalités. »

Si votre université / école d’ingénieurs souhaite s’engager aux côtés de Passeport Avenir, contactez Sébastien Lailheugue : sebastien.lailheugue@passeport-avenir.com

Sur le même thème

24 avril 2019

Pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, l’insertion rapide sur le marché de l’emploi se confirme...