Accord-cadre CPU-Cnous : une collaboration renouvelée

27 mai 2016

Convention

A l ‘occasion du colloque annuel de la CPU « Campus en mouvement », un accord-cadre a été signé, le 26 mai, à l’université d’Orléans, en présence de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.  Partenaires naturels de longue date, la CPU et le Cnous renforcent leurs relations et adaptent leur partenariat aux mutations et dynamiques actuelles de l’Enseignement supérieur et la Recherche.

 

La qualité des conditions de vie et d’étude est un facteur essentiel de réussite dans les études et d’épanouissement des étudiants.

La CPU et le Cnous poursuivent l’objectif commun d’offrir aux étudiants, français et internationaux, un accueil et accompagnement lisibles et compréhensibles. Pour cela, ils articulent leurs actions avec celles des autres acteurs de la vie étudiante, notamment les collectivités territoriales, et les conçoivent à partir des besoins et des attentes des étudiants eux-mêmes.

La coopération entre la CPU et le Cnous concerne aussi bien :
– la vie étudiante et la vie de campus ;
– la démocratisation de l’enseignement supérieur et son attractivité internationale ;
– la prise en compte des enjeux environnementaux et le développement territorial durable.

Quatre axes stratégiques

La CPU et le Cnous conçoivent cet accord-cadre comme l’expression de la volonté politique partagée d’acteurs des campus et des territoires, mais aussi comme la présentation d’un ensemble d’outils permettant aux universités et aux Crous d’intensifier leurs partenariats locaux.

L’accord-cadre se décline en quatre axes :
– Approfondir les coopérations entre la CPU et le Cnous ;
– Assurer un meilleur accompagnement global des étudiants dans leur diversité ;
– Adapter les services aux besoins de la communauté universitaire ;
– Développer la vie de campus ;

Signé par Jean-Loup Salzmann, président de la CPU, et Marie Message, Directrice par intérim du Cnous, l’accord-cadre est conclu pour une durée de deux ans, renouvelable par tacite reconduction.